Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

POURQUOI DIEU PERMET-IL LA SOUFFRANCE ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La souffrance.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 26/11/2012 22:11:36    Sujet du message: POURQUOI DIEU PERMET-IL LA SOUFFRANCE ? Répondre en citant

Le chrétien ne peut éviter la question qui fait mal, traduite par tant de dictons populaires:"Qu'est-ce que j'ai fait au Bon Dieu pour mériter tout ça?" ... Dieu doit vous aimer beaucoup pour vous éprouver ainsi"... Ou encore, injustice des injustices: la souffrance du juste ou de l'innocent, de ces parents qui voient leurs enfants fauchés dans un accident de voiture, ou sous une avalanche... Dieu permettrait doncd la souffrance? Insupportable idée.

Comment réagir quand elle survient? Que dire? Et d'ailleurs, faut-il parler? Qu'elle soit du corps ou de l'esprit, la souffrance s'impose à l'être humain. Comme un monstre de douleur et d'usure. Qui amènera nécessairement son adversaire à la solitude la plus totale. Qu'on ne s'y trompe pas: il ne s'agit plus ici de ces vieilles douleurs avec lesquelles l'on apprend à composer, ni des épreuves du quotidien qvec qui l'on négocie au jour le jour. Cette négation-là reste positive.

Non. Il s'agit ici d'autre chose: de souffrances ultimes et intimes. Celles qui font taire d'abord, qui vous laissent coi d'abord face au drame ou hurlant de douleur. Seul le silence semble alors un compagnon supportable. Même pour le croyant. Même pour le théologien. Car celui qui souffre attend d'abord qu'on le soulage. Pas qu'on lui explique le sens de la souffrance. C'est ici qu'intervient finalement une forme de pudeur, ou de respect face à la douleur de l'autre. Affronter la souffrance, qu'elle soit physique ou morale, c'est nécessairement faire l'expérience d'une solitude terrible, inaccessible, où personne ne peut vous rejoindre; une expérience dont l'autre est, à priori, exclu car il restera toujours sur le seuil de votre douleur.

La question est tragique, en fait. On a beau dire à une mère qui a perdu un enfant que Dieu est là et qu'Il ne veut pas le mal... elle rira et elle aura raison! Le premier temps est celui du respect. Et de la prise de mesure de l'inexprimable. Non, Dieu ne veut pas la souffrance, mais elle est là. De toute façon, Lui seul pourrait répondre et on ne peut se mettre à sa place pour le faire! Il n'y a pas à répondre. Et puis quand bien même on aurait des réponses, ça changerait quoi? Franchement! La souffrance n'en apparaîtrait finalement que plus injuste encore et insupportable!

Ne pas exliquer la souffrance, alors? Faire avec, comme avec quelque chose qui appartient à la vie, aussi paradoxal que cela puisse paraître? L'erreur inverse consisterait à basculer dans l'irrationnel et donc de confondre la vie et le mal car la vie serait nécessairement dure, absurde, inexplicable au fond. D'un côté on déréalise le mal et on survalorise la raison, de l'autre on hyperréalise le mal et dévalorise la raison. Que dit en réalité l'invraisemblable message du Christ? Dieu ne regarde pas le monde souffrir: le Christ est en croix. Ce qui est reçu comme un échec est la victoire de Dieu. Dieu est tellement vivant qu'il peut tout vivre, y compris "ça". À aucun moment, nous ne sommes lâchés, pas un de nos cheveux n'est ignoré de Dieu. C'est un éclairage paradoxal et extraordinaire sur la souffrance et la mort.

Bien difficile pourtant de se convaincre de la victoire du bien ou de la vie quand il s'agit de combattre ou de supporter la souffrance. C'est bien souvent l'heure de la révolte! L'Évangile, ici, ne fournit aucune philosophie de vie. Dans sa lettre apostolique "Salvifici doloris" sur le sens chrétien de la souffrance, le Pape Jean-Paul II précise combien l'évangile ne donne pas de raison à la souffrance mais dit simplement comment "Dieu souffre en son fils". Si l'Orient chrétien a focalisé sa réflexion théologique sur la victoire, l'Occident a peut-être développé, lui, l'idée de cette "sympathie" divine, selon l'étymologie grecque du mot:"participation à la souffrance d'autrui".[...]

(Benoît Vandeputte: Revue "Panorama", nov. 2000, p. 14-1Cool.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 26/11/2012 22:11:36    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La souffrance. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com