Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE JUDAÏSME.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le Judaïsme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 06/02/2013 20:58:33    Sujet du message: LE JUDAÏSME. Répondre en citant

C'est la foi que vivent près de 20 millions de personnes dans le monde, en 1982. Et c'est la foi qu'a peu à peu précisée un petit peuple du Moyen-Orient, le peuple juif, en près de 13 siècles.

La fondation de la religion juive - (les juifs ne parlent guère de"religion", mot occidental; ils disent: croire, la foi) - peut être rattachée à un personnage historique-clé, Moïse, qui vécut au 13e s. avant J.-C. Cette "fondation" est, en fait, la reprise des traditions antérieures, rattachées notamment à Abraham, figure que l'on situe au XIXe s. avant Jésus, c'est-à-dire 6 siècles avant Moïse. Elle est liée à un événement: Moïse prit la tête d'un petit peuple qui était alors soumis à l'Égypte et le libéra en l'emmenant vers le Nord, dans le pays que l'on appela la "terre sainte". Pour Moïse, qui était croyant, cette libération étonnante était un signe et même une action de Dieu. Le judaïsme s'est constitué progressivement à partir du XIIIe avant J.-C. L'événement de libération auquel se réfère la Bible a reçu plusieurs noms: la traversée de la Mer Rouge, ou l'exode ( c'est-à-dire la sortie d'Égypte pour entrer dans une terre nouvelle); ou la pâque ( ce mot voulant dire "passage". Le mot "Bible" veut dire (en grec) livre. La Bible, c'est donc "le livre", celui de la foi. Le mot "testament" signifie: legs religieux, héritage reçu de ceux qui nous ont précédés.

Les caractéristiques de la foi juive apparaissent dès l'origine: c'est une foi, c'est-à-dire une confiance: le peuple d'Israël fit confiance à Moïse et à travers lui à Dieu pour rompre avec l'esclavage. C'est une foi en Dieu: à la différence, par exemple, du bouddhisme, qui craint de trop en dire au sujet de Dieu, ou des religions chinoises qui s'en tiennent à l'ordre du monde et au culte des ancêtres, la foi d'Israël fait confiance à Dieu. Elle ne veut pas se laisser séduire par les "esprits" ou les forces de la vie.

Abraham, le premier, réagit contre une religion trop centrée sur les forces vitales. Ayant quitté son pays où cette religion dominait, il découvrit dans le désert, où la vie est plus réduite et plus mesurée, que Dieu est autre que la nature ou les énergies du cosmos.

C'est une foi liée à un changement vécu par les croyants. Changement spatial (ils quittent le lieu où ils étaient). Et surtout changement dans leur condition ( ils entrent dans la liberté).

Abraham avait vécu déjà un tel changement six siècles plus tôt en quittant son pays.

Les religions de peuples sédentaires, à l'histoire plus stable, comme en Afrique, n'appuient évidemment pas leur foi sur un tel événement.

Mais il est des peuples qui ont vécu des déplacements importants sans y lier beaucoup leur religion: par exemple les groupes qui arrivèrent en Inde et y apportèrent ce qui devait devenir l'hindouisme.

C'est une foi en un seul Dieu: la foi juive opte contre la croyance en plusieurs dieux. Pourquoi? Parce que l'expérience faite par le peuple en cours de sa libération était non pas celle de multiples forces mystérieuses, mais celle d'une unique présence divine. Dieu est unique: les diverses figures de Dieu dont s'enchante l'hindouisme sont donc des formes religieuses dans lesquelles le judaïsme ne se reconnaît pas. L'Afrique, de son côté, a réalisé cette unicité de Dieu , mais dans un autre contexte et en faisant place à de multiples esprits. L'Afrique croit en un seul Dieu dans la stabilité, le peuple juif croit en un seul Dieu dans le mouvement.

C'est une foi en Dieu qui suppose un accord avec Dieu. Dieu attend du peuple d'Israël qu'il soit son peuple et qu'il témoigne de lui. Et le peuple attend de Dieu qu'il veille sur lui. On appelle cet accord "l'Alliance". Cet accord fonde l'unité ou la solidarité des juifs. S'ils sont liés entre eux, ce n'est pas seulement par la race, mais par la foi.

C'est une foi qui approfondit peu à peu le sens de Dieu. Non seulement il est un, mais il est Autre que nous, différent de l'homme; il ne faut pas le comprendre "à l'image de l'homme". D'où l'évolution du nom de Dieu dans la Bible: Dans les vieilles traditions, plusieurs noms, notamment le nom "El" ( qu'on retrouve dans "Allah" de l'Islam) qui veut dire: Seigneur, prince, héros. Puis, au moment de la sortie d'Égypte, la découverte que Dieu est "Celui qui est" et que c'est là son meilleur nom, le plus respectueux, celui qu'on n'ose pas prononcer.

Le chemin religieux que propose la Bible, ce n'est donc pas d'échapper aux illusions et de renoncer à soi-même, selon les aspirations de l'hindouisme et du bouddhisme. L'accent est, ici, autre. Il ne s'agit pas, non plus de s'intégrer à l'ordre de la nature, comme le désire l'Asie en son orientation religieuse profonde. Le chemin de la vérité ou de la liberté c'est d'écouter Dieu, d'obéir à sa volonté, à sa parole, à sa loi (Torah).

Non pas que Dieu parle à la façon humaine ou de manière merveilleuse, à travers des rêves et des transes! Le judaïsme, quand il dit que Dieu parle, veut seulement indiquer que, pour lui, Dieu n'est pas un silence énigmatique. Il prend position, s'engage. De cela, on peut parler. Il y a donc, de ce point de vue, une parole de Dieu, celle que les croyants expriment en disant sa présence et son engagement. Cette écoute et cette exprression supposent une confiance humble et aussi un changement du coeur, ce que la Bible appelle la "conversion". En cela, se joue une décision personnelle.

Car, pour le judaïsme, chaque être compte comme tel et définitivement. Il n'y a donc pas de réincarnation à attendre, c'est-à-dire de deuxième et troisième essai, de nouvelle expérience de vie à faire après celle que chacun fait dans sa propre vie, dit la Bible: il y a pourtant un au-delà: celui précisément de l'"alliance" irréversible et définitive que Dieu fait avec son peuple.

Le judaïsme propose ce chemin et cette espérance à une race, à un groupe ethnique. Sous cet aspect, il rejoint l'hindouisme qui suppose, lui aussi, l'appartenance à un peuple par naissance dans une famille hindoue.

Toutefois, le rôle du peuple juif se réfère à la parole de Dieu, vocation de témoin auprès des autres peuples: deux dimensions que l'hindouisme n'envisage aucunement. Le peuple juif croit en un destin qu'il a à jouer dans le monde pour témoigner de Dieu tel que la Bible le présente. Les juifs ne cherchent pas à convertir les non-juifs à leur foi. Mais ils estiment avoir une responsabilité pour que tous les hommes puissent découvrir quelque chose de Dieu qui ne soit pas trop maladroit et qu'ils puissent ainsi avancer sur leur propre chemin.

Cette vocation collective suscite une grande solidarité entre les juifs. Elle explique aussi pourquoi le judaïsme veut utiliser tous les aspects de la vie autour de la foi qu'il atteste. En particulier, il établit un rapport étroit entre la politique et la foi, comme l'atteste l'État actuel d'Israël. Ce qui ne va pas sans étonner parfois des gens qui vivent sous la séparation de l'Église et de l'État!

Les "obligations " rituelles du judaïsme;
- la circoncision (les croyances sont inscrites sur le corps);
- le repos du sabbat: du vendredi soir au samedi soir.
- Les règles d'alimentation: la viande à consommer doit être abattue rituellement et vidée de son sang; le porc ne se mange pas (= un façon de marquer que notre nourriture nous est donnée. On s'abstient de manger d'une viande pour indiquer dans quel esprit on mange les autres aliments).

Les fêtes juives:
- Pâque (délivrance d'Égypte) (= passage).
- Pentecôte: 7 semaines après Paques ( = don de la loi au Sinaï).
- Les Tentes: à l'automne (rappelle la traversée du désert).
- Roch Hachana: le nouvel an: on se repend et on se renouvelle.
- Le grand pardon (jeûne, pardon solennel des péchés ).
- La fête des lumières (Hanouca).

(Revue "Fêtes et Saisons", oct. 1982, p. 15-19).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 06/02/2013 20:58:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le Judaïsme Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com