Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

NOMMER DIEU.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Dieu
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 18/02/2013 17:31:39    Sujet du message: NOMMER DIEU. Répondre en citant

Comment nommer Dieu aujourd'hui dans notre société? Voilà une tâche essentielle pour le chrétien, lui qui est le témoin d'un Dieu qui parle à l'homme.

On ne peut pas évoquer le métissage culturel et le pluralisme religieux du monde d'aujourd'hui sans prendre en considération la proximité de l'Islam. La tentation est grande d'identifier l'Islam au fondamentalisme islamique et d'enfermer les musulmans dans une légende de barbarie et de fanatisme. Ce serait ignorer que l'Islam est pluriel et que la fameuse "charia" a des facultés d'adaptation. Plutôt que de laisser entendre que les grands principes de l'Islam rendent impossible l'intégration des populations maghrébines dans les divers pays, mieux vraudrait montrer comment la pratique de l'Islam s'est déjà modifiée au contact de Républiques laïques.

Que la rencontre entre la culture musulmane et nos sociétés modernes soit particulièrement conflictuelle ne saurait nous faire oublier que le christianisme lui non plus n'en a pas fini de régler ses comptes avec la modernité à laquelle il a pourtant donné naissance. Et, soit dit en passant, le contentieux porte sur les questions auxquelles l'Islam, au moins en certaines de ses tendances, donne une réponse inacceptable pour notre culture occidentale: la sexualité, le statut de la femme, le rapport au politique, la démocratie. Ce qui signifie bien que le problème de fond est moins celui de l'Islam que celui de la religion en général et que la solution du problème est à chercher dans la solidarité de ceux qui, tant en Islam qu'en Christianisme, ne veulent pas avoir à rougir de la religion qui est pour eux source de vie et surcroît d'humanité.

Chrétiens et musulmans, dans l'indifférence religieuse actuelle et face à la séduction qu'exercent les religions orientales, étrangères à l'idée d'un Dieu personnel, ont en commun le même souci et la même responsabilité: veiller à ce que Dieu soit le Dieu personnel qui dialogue avec l'être humain, et qu'il continue d'être nommé.

Depuis que le christianisme a perdu son emprise culturelle sur la société, on voit en effet revenir en force la vieille idée d'un dieu impersonnel qui se confod avec le grand-tout de l'univers, d'un dieu cosmique qui n'est pas distinct du monde, une sorte de grand principe rationnel parfaitement oisif et indifférent. Ce dieu-là, aucune liturgie ne le célèbre pas plus que lui-même n'appelle ni ne juge l'homme. Il n'inspire ni la peur ni la confiance, tout au plus justifie-t-il la recherche de l'harmonie intérieure et la représentation d'une cohérence de l'univers.

On comprend que les croyants des religions abrahamiques, dont la destinée fut inaugurée précisément par un appel, s'obstinent à nommer le Dieu auquel elles se fient. Certes, nommer une personne ne garantit pas qu'elle soit là. Mais c'est en prononçant le vrai nom de quelqu'un que j'entre en relation avec lui et que je le reconnais autre que moi et unique en sa personne. Le nom ne contient pas l'idée que je me fais de quelqu'un, il rend témoignage à sa vie propre et à son mystère. Il est important de nommer Dieu pour ne pas l'abandonner à l'anonymat du monde, comme il est important que son nom ne soit pas prononcé en vain ou à tort. Autrement dit, il nous faut sauver Dieu à la fois du silence de l'oubli et du bavardage des mots idolâtriques qui cherchent à l'emprisonner.

S'il est de la responsabilité des croyants de nommer Dieu, ce ne sera plus jamais à la manière d'un argument qui donne raison ou d'un cri de guerre, mais dans l'humilité et la discrétion qui entoure sa Révélation. Dans la vision d'Élie, Dieu n'est ni dans le tonnerre, ni dans les éclairs, ni dans la tempête, mais dans "le bruit d'une brise légère", ou selon la traduction de Chouraqui, dans "le murmure d'un silence qui s'évanouit" (1 R 19, 12). Il y a dans la Bible une discrétion du Nom de Dieu qui signifie qu'il ne peut être prononcé en vérité que par celui qui répond "Me voici" à l'appel de Dieu.[...]

(REvue "Fêtes et Saisons", janv. 2000, p. 29-31).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 18/02/2013 17:31:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Dieu Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com