Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

MÉTISSER LES CULTURES.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La culture
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 19/02/2013 21:01:15    Sujet du message: MÉTISSER LES CULTURES. Répondre en citant

Les frontières culturelles bougent, nous voyageons beaucoup, nous rencontrons des personnes dont les origines ethniques sont très diverses. Le métissage culturel, qui en résulte, est une promesse de renouvellement, et une chance pour la rencontre et le dialogue.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la mondialisation de l'économie, la globalisation financière qui rend les nations totalement interdépendantes, ne contribuent pas à l'élargissement du monde mais à son rétrécissement. Certes, nous voyageons de plus en plus, mais en éprouvant partout un étrange sentiment de "déjà vu". La société des nations s'uniformise: d'un pôle à l'autre, d'Est en Ouest, on parle un anglais d'aéroport, on achète les mêmes marques. Même celui qui ne voyage pas vit au rythme d'événements mondiaux et de faits divers qui, tels le mariage ou la mort d'une princesse, font pleurer la planète entière, et notre calendrier doit désormais répondre aux sollicitations des journées mondiales d'action, et d'années internationales programmées par l'ONU.

L'effacement des frontières marchandes par l'internationalisation des capitaux, rendu possible par l'internationalisation des réseaux de communication, n'aurait-il pas pour conséquence d'appauvrir la diversité humaine et de gommer les singularités culturelles, au risque même de réveiller les vieux démons du protectionnisme économique et de la préférence nationale? La réponse à cette question ne peut être que caricaturale tant qu'on ne prend pas en compte le fait que la mondialisation ne relève pas seulement de la transaction financière ni de la circulation des images, mais d'abord du brassage de peuples de culture et de religion différentes, et donc de la vivante et concrète relation entre les humains. C'est un fait massif qui ne concerne plus les seules villes. Nous vivons dans une société "pluriethnique et multiculturelle", dans un monde bigarré où l'ailleurs se rencontre au coin de la rue, où les couleurs de peau font d'étonnants contrastes, où se mêlent tous les accents et toutes les musiques de la planète.

Spontanément le métissage évoque pour nous la diversité des origines géographiques de la population d'une grande métropole. Quand bien même il se trouve transplanté en terre étrangère, l'homme porte en son corps la mémoire du sol où il est né, des paysages qui ont bercé son enfance, des conditions climatiques et d'une manière particulière d'être au monde qu'on appelle la culture.

Mais ce qui se joue dans le métissage, ce n'est pas seulement le délicat emboîtement des ethnies et des cultures, c'est aussi la difficile coexistence des différents rapports au temps qui les accompagnent. Dans la rencontre permanente de l'étranger, l'homme d'aujourd'hui est appelé à entrer en dialogue avec son propre passé et avec son avenir.

Le nouveau millénaire nous fait entrer dans le "temps du métissage" si bien décrit par Jacques Audinet:"Le métissage se déroule à la vitesse des aventures individuelles. Mais aussi des violences collectives et des grandes transumances qui constituent l'histoire. Longtemps inconscient dans nos pays, il avait l'immobilisme et la puissance des mouvements géologiques et, telles les plaques tectoniques, transformait la société sous nos pas, sans que nous en soyions conscients. La situation est soudain, en quelques décennies, devenue différente par le jeu de l'économie qui a appelé les travailleurs immigrés. Par le jeu des guerres qui continuent à déporter des populations dans des proportions rarement vues auparavant. Par le jeu de le technologie qui permet de se déplacer d'un point à l'autre de la planète en quelques heures et informe en temps réel. Du coup, ce qui était marginal, méconnu ou trop lent pour être perçu en dehors des catastrophes, devient notre quotidien, Et l'autre, du bout du monde, notre proche. Les différentes vitesses du temps se télescopent et le temps du métissage devient notre temps quotidien" ("Le Temps du Métissage", Éd. de l'Atelier, 1999, p. 152).

Des esprits clairvoyants ont pu dire il y a quelques années: "L'avenir est au métissage". Désormais l'avenir est commencé, car de menace ou de fatalité qu'il était, le métissage offre aujourd'hui une chance de renouvellement aux idéaux de démocratie. Il entraîne les humains à se "reconnaître" les uns les autres dans leurs différences et leurs richesses respectives au sein d'une communauté de destin. Il les détourne d'une illusion meurtrière: celle de la pureté ethnique.

Par la tension que lui fait vivre sa double appartenance et sa double identité , le métis - Texan-Mexicain, Africain-Américain, Algérien-Français - nous enseigne qu'aucune identité ne peut se prendre pour le tout de l'humain et qu'aucune culture n'est supérieure à une autre.

Comme l'ont montré historiens et anthropologues, toutes les cultures se nourrissent d'apports et d'influences extérieurs, se développent pas hybridation et croisements, et n'ont d'avenir qu'à la condition de s'ouvrir à d'autres cultures.

À l'opposé du communautarisme qui voudrait enfermer les minorités ethniques dans leurs différences culturelles, et contre l'idée du melting-pot universel qui condamnerait les humains à une inquiétante indistinction, le métissage ouvre à l'humanité un avenir aussi inattendu et imprévisible que peut l'être une enfant, fruit de la rencontre de ses parents et déjà autre qu'eux. Au prix d'enfantements douloureux, le métissage promet l'histoire à un renouvellement permanent. Il indique le chemin d'un développement de l'humain qui ne passera plus par la conquête de l'autre mais par une alliance fraternelle entre les humains.[...]

(Revue "Fêtes et Saisons", janv. 2000, p. 26-2Cool.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 19/02/2013 21:01:15    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La culture Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com