Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES RELIGIONS DEVANT LE MAL.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le diable.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 06/03/2013 19:50:58    Sujet du message: LES RELIGIONS DEVANT LE MAL. Répondre en citant

La particularité des trois monothéismes est de dénier au mal un pouvoir divin. Le christianisme a majoré la figure du diable, par rapport au judaïsme et à l'islam. Dans les religions primitives, par contre, il y a souvent un combat entre divinités du mal et divinités du bien. Les religions orientales déplacent un peu le problème parce qu'elles mettent l'accent sur la façon d'échapper à la souffrance.

Les comparaisons avec les autres religions sont donc imparfaites parce que les conceptions du mal diffèrent.

Judaïsme:

Pour le judaïsme, Satan n'est pas un être personnel et individualisé. Le judaïsme met la priorité sur le don de la Loi et l'impérieuse obligation de s'y conformer, sur la liberté du peuple élu, et surtout sur la grandeur de Dieu qui ne saurait supporter un ennemi puissant. Accomplir la loi rapproche de Dieu et éloigne du mal. Le mal est l'affaire des humains.

Islam:

Le Coran reconnaît l'existence d'anges porteurs des ordres de Dieu. Face à ces anges de lumière se dresse Satan, l'ange déchu par orgueil. Il s'appelle aussi Iblis, l'ennemi du genre humain, car il tente l'homme et lui dresse des pièges. Les djins sont des esprits malins, des feux follets qui inspirent le bien ou le mal.

Animisme:

Il existe une force créatrice et une âme en toutes choses. L'homme cherche à s'unir avec la nature et à préserver l'ordonnace d'un monde qui apporte la vie. L'existence d'un diable n'est pas pensable. Il n'y a pas de faute originelle, mais seulement des tabous transgressés, des erreurs, comme la folie, par exemple. Ces erreurs sont des fatalités. Elles apparaissent sous forme d'esprits mauvais que les sorciers neutralisent par des rites destinés à rétablir le lien avec le cosmos.

Bouddhisme:

Il existe un combat entre Bouddha et une divinité du mal, Mara. Celle-ci est représentée avec un visage monstrueux et d'immenses bras qui enserrent l'humanité pour l'empêcher de sortir du cycle des réincarnations successives. Il existe aussi des enfers terrifiants.

Dans la religion mazdéenne d'Iran, le Bien qui crée et le Mal qui détruit sont personnifiés par deux divinités. Leur lutte doit se terminer par la victoire du Bien.

L'Église catholique et le diable:

Autant, sinon plus que l'Écriture, l'Église est discrrète sur le diable. Cela n'a pas empêché les théologiens de spéculer, ni les curés de tonner en chaire. Il a dû exister beaucoup de curés comme celui de Cucugnan... Mais les textes officiels de l'Église à ce sujet se comptent sur les doigts de la main.

Pour l'Église, l'existence du diable va de soi. En quelques occasions, au cours de l'histoire, des documents officiels ont mis en garde contre le diable, mais ils restent très prudents pour le définir.

Le texte de référence est celui du 4e Concile de Latran en 1215: "Le diable et les autres démons furent créés par Dieu bons dans la nature, mais ils se sont rendus mauvais. Et l'homme a péché sur la suggestion du diable".

On remarque la sobriété de Pères conciliaires qui se refusent à préciser davantage et à tomber dans un pur imaginaire. L'Église n'a d'ailleurs jamais traité la question du diable comme un dogme, c'est-à-dire une vérité qui engage la foi. Dans le Credo, il n'en est pas question.

Mais l'Église prend en compte la réalité du mal exprimée dans la Bible. Certaines réalités spirituelles s'expriment à travers des histoires où les figurations sont chargées de sens. Les propositions sur la nature exacte du diable doivent surtout servir à mieux combattre tout ce qui apparaît comme "démoniaque". C'est le sens profond du message de l'Église.

(Anne Soupa, théologienne et journaliste: Revue "Fêtes et Saisons", avril 1996, p. 13-14).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 06/03/2013 19:50:58    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le diable. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com