Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SAINT PIE X (1835-1914).

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le Pape.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 18/05/2013 19:25:18    Sujet du message: SAINT PIE X (1835-1914). Répondre en citant

Le 3 juin 1951, quand Pie XII béatifie Pie X, il le fait en une proclamation qui est comme un écho des paroles de ma mère:" C'était à Pie X, lui qui avait une âme évangélique enfantine, qu'il revenait de donner Jésus aux enfants et les enfants à Jésus."[...]

Joseph Melchior Sarto, "Beppi", est le fils d'un modeste huissier municipal et d'une couturière de Riese, près de Trévise; il est l'aîné de six sœurs et d'un frère. La famille est pauvre et reste illettrée. Joseph fréquente l'école, grâce à la bienveillance du curé de Riese.

De 1846 à 1850, Beppi étudie à Castelfranco, distante de 7 kilomètres. Chaque matin, il s'y rend à pieds avec un morceau de pain en poche pour son repas et il revient le soir. Il n'a pas d'argent pour continuer ses études, mais le patriarche de Venise, originaire lui aussi de Riese, lui accorde une bourse.

Le 18 septembre 1858, il est ordonné prêtre: " Le prêtre est la lumière du monde. Nous, prêtres, nous avons à remplir le rôle du Christ, n'avoir donc avec lui qu'un même vouloir, une même affection, comme lui, être saint, innocent et sans tache. Un prêtre saint fait un peuple saint". Joseph Sarto gravit sans effort tous les échelons de la carrière ecclésiastique, servi pas son gros bon sens de paysan, transformé par un zèle tenace; il fait sa trouée partout. Son premier poste est celui de vicaire à Tombolo; il vit chez un "saint curé", épris de pauvreté. Don Sarto y abat la majeure partie du travail pastoral.

En 1867, il devient curé de Salzano et ses sœurs viennent lui aider pour tenir maison; elles le font non sans peine, car le jeune curé distribue aux pauvres tout ce qui lui tombe sous la main. Il transforme la paroisse en quelques années.

En 1875, l'évêque de Trévise l'appelle près de lui: chanoine, chancelier, directeur spirituel du séminaire et vicaire capitulaire. Son évêque le choisit comme administrateur du diocèse: encore là, il se montre pondéré et efficace dans ses décisions.

En 1884, il est nommé évêque de Mantoue: "Il ne manquait plus que ça", dit-il. Il s'affirme comme un pasteur très bon, mais courageux et patient. Il réussit à réformer en profondeur son diocèse.

Léon XIII le crée cardinal le 12 juin 1893 et, trois jours plus tard, patriarche de Venise. Il se sent comme "chez lui" à Venise. On le rencontre partout dans la ville, à la recherche des "petites gens": il aime marcher le long de la lagune et à parler aux gens. Il combat l'esprit d'indiscipline chez les curés:" Trente curés de mon patriarcat se considèrent comme des évêques".

Le 4 août 1903, malgré la pronostics qui favorisent le cardinal Rampolla, il est élu pape. Il prend le nom de Pie X et comme devise:"Instaurare omnia in Christo" "Tout inaugurer dans le Christ". Il accepte son élection "comme une croix... que la volonté de Dieu soit faite". Il n'est pas habitué à évoluer sur un chantier pastoral aussi vaste que le monde. Mais il a la sagesse de choisir comme secrétaire d'État, le cardinal Merry del Val. Pie X fait preuve d'une grande fermeté car il réfléchit longuement avant d'agir. "Dès qu'il a vu clair, il abat le poing sur le bureau et rien ne peut le faire changer d'idée" (Cardinal Merry del Val).

Au moment où il devient pasteur de l'Église universelle, de nombreux croyants sont troublés par la montée du rationalisme. La théorie moderniste, surtout, veut concilier à tout prix les exigences de la science et de la foi: elle aboutit pratiquement à éliminer le mystère de la foi. Le principe de base du modernisme est l'immanence vitale qui fait découler la religion des besoins de la vie. Pie X promulgue le décret "Lamentabili" et, deux mois plus tard, la lettre encyclique "Pascendi".

Il impose ensuite le serment anti-moderniste qui reste en vigueur de 1910 à 1965 pour les ouvriers pastoraux. La foi chrétienne, selon ce serment, n'est pas la simple construction d'une conscience morale droite, mais elle est adhésion à l'Écriture Sainte, à la Tradition et à l'enseignement de l'Église. Pour redresser la mentalité janséniste et puritaine, Pie X remet en valeur le mystère de l'Eucharistie; il encourage la communion fréquente et il permet aux jeunes enfants de communier. Il réforme le calendrier liturgique, fait la promotion du chant grégorien et inaugure la révision du code de droit canon.

Avec une certitude de prophète, il voit approcher la Première Guerre Mondiale. Dans une dernière tentative pour écarter la guerre, il écrit une lettre aux catholiques du monde entier, le 2 août 1914. Quand la guerre éclate, il lui reste à peine un mois à vivre. On l'entend alors prier: "Seigneur, prenez ma misérable vie, mais arrêtez le massacre de tous mes enfants." Alors qu'on lui demande de bénir un drapeau pour les soldats italiens, envoyés au front, il dit:" Je bénis la paix".

Il apparaît dans ses derniers jours comme figé par cette épouvantable tragédie; il attrape une bronchite et meurt le 19 août 1914. Dans son testament, on lit: "Je suis né pauvre, j'ai vécu pauvre et je suis sûr de mourir très pauvre" Il résume ainsi sa vie, quand il devient patriarche de Venise: " J'ai étudié 9 ans au séminaire, j'ai été 9 ans vicaire, 9 ans curé, 9 ans à Trévise, 9 ans évêque de Mantoue. Vous verrez que je serai 9 ans, patriarche de Venise et... ensuite je serai pape aussi 9 années puisque la pâte dont je suis fait peut être mise à toutes les sauces".

[...] En 1912, la France pose un geste qui bouleverse saint Pie X. Quatre cents petits Français viennent en pèlerinage à Rome pour remercier le Pape qui leur a permis de communier. Saint Pie X les reçoit au Vatican:" Puisque Dieu est la pureté sans tache, celui qui s'unit à Jésus dans la sainte Communion, s'élevant comme une innocente colombe des eaux fangeuses de ce monde misérable, s'envole et va se réfugier dans le sein de Dieu, de celui qui est plus que les neiges immaculées qui couvre les montagnes". Il demande aux enfants:" Avez-vous compris ce que je vous ai dit?" Les enfants s'écrient alors à pleins poumons: "Oui, oui! Saint Père".

(Samuel Baillargeon, rédemptoriste: Revue Sainte Anne, sept. 2008, p. 364-365).

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 18/05/2013 19:25:18    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Le Pape. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com