Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LA COMMUNION.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La liberté
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 11/06/2013 14:46:27    Sujet du message: LA COMMUNION. Répondre en citant

Depuis les 18e siècle, l'Occident tente de construire des sociétés et une humanité fondées sur les valeurs de LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ. Malgré leur aspect innocent, ces valeurs prenaient en fait le contre-pied des valeurs associées à la monarchie et aux Églises: obéissance, hiérarchie, paternalisme.

Les nouvelles valeurs-phares sont aussi - on le sait mieux maintenant - des miroirs aux alouettes. La liberté peut donner des lettres de noblesse aux pires égoïsmes, comme le montre la liberté d'entreprise et de marché. Si l'égalité de droit est une grande conquête, elle voile le fait que les humains ne naissent pas égaux et que c'est la fraternité qui peut rétablir un certain équilibre.

De nos jours, la liberté qui tient le haut du pavé, et, pour encadrer celle-ci, on parle beaucoup de droits. La société de droit est certes l'une des conquêtes de l'histoire récente, mais, passé un certain seuil, le droit ne suffit plus. Il faut introduire la fraternité, fraternité avec les Africains, les musulmans, les immigrants, avec les clochards, les criminels, les laissés-pour-compte.

La fraternité a ceci de particulier que, du moins selon sa définition, les frères et sœurs d'une famille sont non seulement de même sang, mais différents. Différents par le sexe, par le caractère, par les talents, les qualités et les défauts.

Malgré les utopies élaborées en ce sens, depuis les phalanstères jusqu'à la société communiste, il semble que, politiquement, la fraternité et même l'égalité de fait, sont des idéaux impossibles.

Pour avoir le sens évangélique que certains leur attribuent, ces trois valeurs doivent être prises comme un tout: la liberté seule, l'égalité seule, la fraternité seule sont des poisons.

Les traditions religieuses universelles, comme le christianisme et le bouddhisme, nous incitent à la fraternité universelle. Non pas dans un melting pot où tout est pareil, mais dans une fraternité entre les humains tous différents. Il ne s'agit plus ici uniquement de respecter les droits de l'autre, mais de le considérer comme frère. On n'est plus en politique, mais en spiritualité. En somme, au-delà de leur portée politique, les trois valeurs-phares sont des idéaux spirituels.

À ce plan spirituel, la liberté n'est plus seulement la liberté démocratique, mais la libération de la Loi, des caprices, des passions, des obsessions. L'égalité n'est pas seulement l'égalité entre hommes et femmes, blancs et noirs, hétéro et homos, non seulement l'égalité devant la loi, mais aussi le sentiment profond de l'égalité foncière de tous les humains, au-delà des inégalités de richesses, de statut, de talents et de vertus.

Les idées de Corps mystique du Christ et d'interdépendance universelle chez les bouddhistes vont encore plus loin. Elles affirment l'interdépendance de tous les membres de ce corps, interdépendance que les physiciens contemporains retrouvent dans le cosmos: le vol d'un papillon a des répercussions sur l'univers entier.

L'effroi de Pascal devant les espaces infinis est certes impressionnant. Mais il fait partie de son jansénisme angoissé. Le savant contemporain est beaucoup plus touché par les interrelations entre l'infiniment petit et l'infiniment grand, entre les vents du Pacifique Sud et le froid de Sibérie, entre le vol d'un papillon et une avalanche en Suisse, entre une fuite de gazoduc en Irak et le prix de l'essence sur la rue de la ville, entre un enfant esclave et le prix d'un maillot de bain.

Dans ce contexte, la solitude peut prendre une autre dimension. Dans les faits, l'être humain n'est jamais seul, même s'il se sent ainsi. Quand je suis malade et meurs, apparemment bien seul, des centaines d'êtres humains sont en train de vivre le même passage, et souvent dans des conditions bien pires: nous mourons ensemble. Et quand une fleur et un enfant naissent, c'est l'espoir qui renaît partout dans l'univers.

L'interdépendance économique risque de faucher les plus faibles. Elle n'est humaine que si elle s'accompagne du sens de l'égalité et de la fraternité, de l'interdépendance universelle. Certes, nous parlons ici d'utopie, de l'une de ces utopies nécessaires à notre survie. C'est beaucoup cela, la spiritualité: introduire l'utopie dans la banalité apparente de nos comportements ordinaires.

(Pierre Pelletier: Revue "Présence Magazine", mars-avril 2008, p. 9).


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/06/2013 14:46:27    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> La liberté Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com