Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SAVOIR PAR COEUR ET PAR AMOUR.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> L'éducation à l'école
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 09/07/2013 15:29:47    Sujet du message: SAVOIR PAR COEUR ET PAR AMOUR. Répondre en citant

Étudier n'est pas facile! On croit tout comprendre ou on se décourage, on s'ennuie, on s'endort, on veut jouer dehors, on accumule les retards en espérant que la chance soit de son côté venu le temps de l'examen. Alors rois et reines de la rêverie, de la procrastination, du téléphone et des jeux vidéos: on ne vous laissera pas tranquille parce que c'est la vie qui vous attend au tournant. Allez! À vos bouquins!

Combien d'élèves se contentent d'être présents en classe sans pour autant suivre la présentation des cours, sans réviser leurs leçons, se donnant tout juste la peine de remettre leurs devoirs et d'obtenir la note de "passage" aux examens?

Les pédagogues ont tentés des réformes misant sur les aptitudes de l'élève plutôt que l'évaluation de ses connaissances. Les écoles ont elles-mêmes revu leurs exigences. Et les orienteurs vantent aux étudiants l'utilité des diplômes pour dénicher un bon emploi. Rien n'y fait! Même que le décrochage scolaire constitue aujourd'hui un problème d'une telle ampleur qu'il concerne toute la société.

Quoi faire pour enseigner à ces jeunes qui ont mille choses en tête et tout autant à faire? Qui veulent gagner de l'argent déjà à 10 ans, qui habitués au clip ne supportent pas les livres, qui recommencent mille fois un même jeu vidéo mais renoncent à solutionner leurs problèmes mathématiques. Mais quel aiguillon ira piquer leur curiosité et leur ambition ? Comment percer cette première brèche qui illumine l'esprit et éveille le goût pour la connaissance?

Et puis d'abord, qu'est-ce qui fait - ou qu'est-ce qui faisait - d'un enfant un bon élève? Il y a l'intelligence, certes. De la docilité - appelons les choses par leur nom; l'enfant à qui on apprend à dire non aura toutes les chances d'être sur la défensive, de se montrer méfiant de l'enseignant. Il y a le degré d'attention et de concentration, ce qui coïncide mal avec l'époque où, justement, les jeunes atteints de troubles de l'attention sont légion. Il y a aussi le sérieux avec lequel on entreprend son cheminement scolaire qui n'est pas qu'un mauvais moment à passer avant de pouvoir "faire de l'argent". Il y a l'application dans les devoirs, et l'effort dans la leçon. Oui, l'élève doit y mettre du sien et persévérer, c'est-à-dire prendre le temps qu'il faudra pour comprendre ce qui doit être compris. "Comprendre": c'est-à-dire éprouver la vérité d'une thèse, d'une formule, d'un schéma, d'un discours.

Il faut aussi à l'élève un maître. Idéalement quelqu'un, comme dirait Aristote, qui connaisse suffisamment une matière pour pouvoir l'enseigner. Mais comme il faut pouvoir discipliner une classe pour enseigner une matière, les enseignants ont tout appris de la pédagogie... au détriment peut-être des notions de français, de mathématiques, de chimie ou d'histoire dont ils devraient avoir une excellente maîtrise. Alors ces maîtres qui n'en sont pas se fatiguent à discipliner des jeunes, impatients qu'on les passionne.

Évidemment, les distractions de toutes sortes nuisent à l'étude. Ce n'est pas vrai que l'on peut à la fois étudier, écouter la télé et clavarder sur le Net avec le même résultat que si l'on s'adonnait uniquement et pleinement à la révision des notes. À la petite école comme dans les grandes universités, l'étude demande du calme, voire de l'isolement. Il faut être disposé à comprendre, avoir conscience de ce que l'on fait. Certes, les esprits les plus forts sont naturellement capables, malgré le bruit, les conversations, de s'abstraire des stimuli extérieurs. Ils savent comme le tireur, disait Sertillanges - philosophe moraliste français d'une autre époque ayant consacré sa vie à l'étude - s'orienter sur un point précis, faire silence pour mieux se concentrer, et viser leur cible avec précision. Mais pour les autres! Qui sommes-nous pour croire que la paix ne nous est pas totalement nécessaire?

Et encore, une fois la télé éteinte, seul dans sa chambre, à son bureau, il faut lutter contre la rêverie, l'endormissement, l'envie subite de tout ranger, celle aussi d'écouter une musique, d'ouvrir un livre qui laisse vagabonder nos pensées. Étudier exige toute une maîtrise de soi! D'abord, il faut faire la part des choses entre les désirs et la pensée. Mais survient, à un certain moment, comme un état de grâce où on ne lutte plus contre soi-même. Alors tout, on dirait, coule de source. Car lorsqu'on atteint un certain niveau de concentration, "ça" comprend, "ça" écrit. On s'oublie: on s'abandonne enfin à son sujet d'étude. Mais au départ, il faut s'y mettre. Il faut de la volonté![...]

L'esprit, comme le corps, gagne à s'entraîner. La répétition d'exercices profite à la mémoire, au sens critique, à la logique qui, mêlée à l'imagination, permet d'avoir ce qu'on appelle de la suite dans les idées. L'esprit avec la pratique gagne en souplesse, en adresse et en force. Alors vient un temps où l'on ne devrait plus se contenter de demi-mesures, de travaux bâclés exprimant une pensée imprécise ou présentant des conclusions précipitées. Ainsi, à mesure que l'on s'améliore on devrait exiger davantage de soi-même, rechercher plus de perfection dans le fond comme dans le style.[...]

Dans les études, il faut faire de son mieux, et probablement plus encore. Il faut idéalement aller au-delà de ce qui est exigé. Surtout qu'à notre époque, on n'en demande pas tant...[...]

(Hélène Côté: Revue "Présence Magazine", sept. 2009, p. 13-14).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/07/2013 15:29:47    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> L'éducation à l'école Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com