Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

UNE MACHINE À CHANGER LE MONDE.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> Nouvelles technologies d'information
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 09/08/2013 19:07:11    Sujet du message: UNE MACHINE À CHANGER LE MONDE. Répondre en citant

Il est encore trop tôt pour dire si la technologie contemporaine issue de l'informatique modifiera de fond en comble notre apport au monde. La technologie nous rend plus efficace, plus productif et fournit, en plus, des divertissements spectaculaires. Mais faut-il mettre le téléphone cellulaire dans la très courte liste des inventions qui ont changé la face du monde? La console Wii? La télévision en haute définition?

Vivons-nous une époque formidable?

La roue a bouleversé le rapport que l'humanité entretenait avec le monde. Apparue à Sumer en 3500 avant Jésus-Christ, la roue permettait d'envisager d'une façon radicalement différente le déplacement de marchandise lourde, le transport, etc. C'est pourquoi on considère la roue comme le paradigme de l'invention qui amène l'humanité à se restructurer. Autant dans ses façons de faire que dans sa vision du monde. D'ailleurs, il est intéressant de souligner que la roue sert autant à faire rouler un chariot qu'à imaginer la plus ancienne conception du temps, le temps cyclique.

On pourrait aussi parler de la maîtrise du feu, beaucoup plus ancienne que l'invention de la roue. Dans la mythologie grecque, le feu est un privilège des dieux, dérobé à ceux-ci par Prométhée et offert à l'humanité. L'être humain ne prend pas encore la pose divine mais on sent déjà que dans ce mythe, la supériorité des dieux est menacée. Ce n'est qu'un début, mais...

Ensuite, l'électricité. Ou plutôt la maîtrise de l'électricité, qui est au coeur du roman de Mary Shelly, Frankenstein, publié en 1818. C'est grâce à l'énergie de la foudre qu'un ramassis d'organes reprend vie. C'est peut-être beaucoup demander à la foudre mais il est évident que cette perspective, que nous qualifions aujourd'hui de naïve, témoigne des espoirs qu'une innovation radicale peut engendrer: l'électricité nous ferait semblable à Dieu, capable de donner la vie. Le roman de Shelley demeure pessimiste à l'égard de cette prétention.

La maîtrise de l'atome pourrait aussi être évoquée mais l'industrie atomique semble en recul et n'affecte pas beaucoup notre quotidien. On ne dira rien de l'armement atomique dont on ne peut espérer la disparition complète. En bout de ligne, le mythe de l'atome, quel qu'il soit, n'a pas la cote par les temps qui courent.

Il serait paradoxal que je n'écrive rien sur l'écriture, apparue au 4e millénaire avant Jésus-Christ à Sumer (encore!). Je dois d'abord souligner qu'on n'a pas inventé l'écriture pour faire de la poésie, mais pour "soutenir le gestionnaire". En effet, les plus anciennes traces d'écritures sont des listes, des inventaires et des comptes, sorte de palliatifs à la mémoire qui finit toujours par défaillir. Et le développement du commerce et l'apparition des cités-états en Mésopotamie sont intimement liés à cette invention. Voilà pour le bouleversement politique et économique. Quant à son mythe, je pense à celui dont nous parle Platon dans son Phèdre: c'est un dieu égyptien, Theut, qui aurait créé l'écriture et l'aurait offerte à l'humanité.

Parce qu'elles frappent les esprits mais surtout qu'elles bouleversent les modes de vie ( organisation de la société, économie, etc.), les grandes inventions engendrent leur mythe. Des mythes qui s'efforcent de dire quelque chose sur l'humanité, sa nature et surtout, son rapport aux dieux, sinon au Dieu unique.

LE MYTHE DE L'INFORMATIQUE:

Une fois passé l'étonnement, qu'en est-il des micro-ordinateurs et des téléphones portables? Introduisent-ils une nouveauté radicale dans nos existences? Ou n'ajoute-t-il que la vitesse dans le traitement de l'information? Et si c'était justement la vitesse, l'innovation radicale?[...] Aujourd'hui, on peut même envoyer un document directement dans l'ordinateur du professeur. Une autre étape zappée par la technologie.

La vitesse exacerbée finit par dévaloriser les notions de distance et de temps. Pensons à l'alpiniste qui, au sommet de l'Everest, peut discuter avec ses enfants grâce au relais satellite de son téléphone. À l'aventurier qui consulte son GPS pour se situer sur la banquise. Il fut un temps où les explorateurs disparaissaient, se perdaient, revenaient à la civilisation. Ils nous informent maintenant en temps réel de leurs péripéties qui, au passage, perdent sans doute quelque chose... Un peu de magie?

Nous sommes devenus intolérants à l'égard de ce qui tarde. C'est le règne de l'immédiat, du tout de suite. L'informatique ambitionne de mettre le temps à mort, d'abolir la distance. Il s'agit en quelque sort d'un chantier prométhéen lancé contre la condition humaine, dont l'inscription dans le temps et l'espace est toujours apparu comme une réalité indépassable.

Le mythe de l'informatique? Rien de précis encore mais le cinéma verra, tôt ou tard, à en produire un. Certainement quelque chose qui nous ramène à la vieille prétention d'être semblable à Dieu: l'omniprésence. Où est Dieu, demandait le petit catéchisme? Partout, comme l'usager Internet. Au sommet du Kilimandjaro avec une vedette de la télé-réalité; au pôle Sud avec le capitaine Jean Lemire (explorateur québécois); en orbite avec Julie Paillette (astronaute québécoise). Hélas, non, il est bêtement dans sa chambre dans un bungalow de banlieue, devant son ordinateur, sa télé, son I-Phone.

Que l'on soit un fan des nouvelles technologies ou un critique sévère, il est encore trop tôt pour déterminer l'empreinte que laissera l'informatique dans l'histoire de l'humanité. Cette décision sera le privilège des historiens du 3e millénaire. Pour ma part, j'attends encore LA machine qui nous fait cruellement défaut, qui surpasserait toutes les autres inventions: la machine à fabriquer de la justice.

Heureusement, je suis patient!...

(Marc Lemire: Revue "Présence Magazine: mars-avril 2010, p. 25-26).

(
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 09/08/2013 19:07:11    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> Nouvelles technologies d'information Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com