Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE RETOUR DE JACOB: Gn chap. 30-36.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> La Bible
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 13/09/2013 19:07:48    Sujet du message: LE RETOUR DE JACOB: Gn chap. 30-36. Répondre en citant

Vint le jour où Jacob fut pris du désir de rentrer au pays. Ses affaires avaient prospéré, sa famille également, comme on sait. Mais son beau-père Laban le laisserait-il partir? Rien n'était moins sûr, car il n'y avait aucun intérêt. Jacob lui avait donné de nombreux petits-fils qui seraient autant d'ouvriers agricoles, le jour venu. En outre, il semblait doué pour faire prospérer les troupeaux. Alors a commencé entre les deux hommes une lutte sournoise sous des dehors souriants, bien entendu. Si Jacob se montrait déterminé, Laban devrait bien se résoudre à le laisser partir; mais alors ce serait sans le sou! Il devrait s'estimer heureux d'emmener avec lui ses deux femmes, leurs deux servantes et leur ribambelle d'enfants. On se doute que Jacob ne l'entendait pas de cette oreille: oui, il partirait, il en avait décidé ainsi, mais outre sa famille, il emmènerait avec lui la part de troupeaux qu'il estimait lui revenir et l'on se doute que son estimation était généreuse.

Mais aucun des deux hommes ne révéla à l'autre le fond de ses pensée. Bien au contraire, ils firent assaut de politesse. Le beau-père se prétendit généreux, le gendre s'afficha désintéressé. Mais l'un et l'autre savaient compter. Jacob ne demanda aucun salaire excepté las animaux dont le pelage était rayé et moucheté. Le choix était judicieux car ceux-là, il savait comment en faire naître des troupeaux entiers ( n'oublions pas qu'à l'époque, on croyait dur comme fer aux pratiques magiques).

Le beau-père, élégant, accepta cette condition, mais prudemment, la nuit suivante, mit à l'abri, à trois jour de marche, la totalité des animaux rayés et mouchetés. Jacob ne fut pas surpris - vingt ans de vie commune lui avaient appris bien des choses -, ni même triste, car il avait la parade. Il prit donc ses dispositions: il suffisait de préparer des baguettes de bois rayées, en les dénudant partiellement, et de les placer dans les abreuvoirs. Aussitôt, les femelles entraient en chaleur, les bêtes s'accouplaient devant les baguettes et, le jour venu, les mères mettaient bas des petits rayés, moucheté ou tachetés. Après, on pourrait toujours dire que le hasard faisait remarquablement bien les choses, en faveur de Jacob tout au moins. Une dernière précaution consistait à ne placer les fameuses baguettes que devant des bêtes solides et bien plantées. Les bêtes chétives pouvaient bien s'accoupler: leurs petits, tout aussi chétifs qu'elles, seraient pour Laban.

Les conséquences ne se firent pas attendre: dans les champs, le troupeau de Jacob, reconnaissable à ses bigarrures, remplissait le paysage, celui de son beau-père Laban, immaculé, était beaucoup plus discret - n'oublions pas ceux qu'il avait prudemment mis de côté, mais ceux-là, on ne les voyait pas. En revanche, à la maison, l'ambiance, on s'en doute, devenait de plus en plus lourde. Les fils de Laban, ni plus innocents ni plus désintéressés que leur père, voyaient fondre leur héritage. Et Jacob sentait monter leur colère. Il fallait donc partir.

Et c'est là que Dieu réapparut. Sans commentaire sur les agissements de Jacob, il lui rappela la promesse de la fameuse nuit de Béthel: "Je suis avec toi et je te garderai partout où tu iras et je te ferai revenir vers cette terre car je ne t'abandonnerai pas jusqu'à ce que j'aie accompli tout ce que je t'ai dit"( Gn 28, 15). Alors, il profita d'une absence de Laban, parti pour la tonte des troupeaux qui lui restaient, pour lever le camp, lui, ses femmes, ses enfants, ses serviteurs et ses nombreux troupeaux. Quittant Harran, la petite troupe se hâta de traverser l'Euphrate et de marcher vers le Jourdain. Mais pourquoi Rachel n'avait-elle pu s'empêcher d'emporter avec elle les petites statuettes de ses idoles préférées? Voilà un beau prétexte pour Laban pour les poursuivre; cela ne manqua pas. Les choses auraient pu très mal se passer, mais Dieu veillait.

(Marie-Noëlle Thabut, bibliste: Revue Panorama, janv. 2010, p. 3Cool.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 13/09/2013 19:07:48    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> La Bible Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com