Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LA PROFESSION DE FOI: LA JOIE DE CROIRE.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> La liturgie.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 27/09/2013 19:07:34    Sujet du message: LA PROFESSION DE FOI: LA JOIE DE CROIRE. Répondre en citant

Vous vous êtes sans doute déjà posé la question: pourquoi le "Je crois en Dieu" fait-il toujours partie de la célébration eucharistique dominicale? Pourquoi cette profession de foi est-elle également présente aux fêtes liturgiques solennelles, ainsi qu'aux célébrations particulières dont on veut souligner l'importance? Que représente-t-elle vraiment dans le mouvement de prière accordé aux plus grandes célébrations de l'année liturgique?

La profession de foi appartient d'abord à la liturgie baptismale. Quand un adulte est baptisé, l'Église lui demande de proclamer publiquement sa foi au Dieu trinitaire. Les parents, le parrain et la marraine le font pour les petits enfants. En même temps, ils demandent la foi à l'Église, parce qu'elle est un don de Dieu. Le futur baptisé, jeune ou adulte, qui a déjà la joie de croire demande par le sacrement fondamental de la foi, la porte d'entrée dans l'Église.

Le Credo fut inséré dans la messe d'abord en Orient, dans le premier quart du VIe siècle. À quelques endroits en Occident, à la fin du même siècle, on le place, mais juste avant le Pater. On le retrouve après l'Évangile, à la fin du VIIe siècle, dans la liturgie germanique. Ce n'est qu'en 1014 que l'Église de Rome l'accepta, sous la pression de l'empereur saint Henri, et ce ne fut jamais à toutes les messes.

Réponse à la Parole de Dieu en Occident, purification de la foi avant la célébration des Mystères en Orient, cette antique expression théologique, en dépit des controverses qu'elle a soulevées, voudrait manifester la communion de toutes les Églises dans la même soumission à la Sagesse divine. On sait qu'elle est le résultat des grandes réflexions sur l'humanité et la divinité de la personne de Jésus, de même que sur la présence des trois personnes en Dieu. Une des deux versions, la plus longue, porte le nom de deux conciles qui ont contribué à sa formulation, Nicée en 325 et Constantinople en 381. Les conciles d'Éphèse en 431 et de Chalcédoine en 451 le prolongeaient, avec la difficulté de savoir si l'Esprit Saint procédait seulement du Père ou du Père et du Fils. Une question litigieuse qui sépare encore l'Orient de l'Occident.

C'est sous le nom de "profession de foi" que le Credo est désigné dans le Missel romain actuel. Cette appellation évoque le baptême et l'accueil de la Parole pour accéder au sacrement de l'Eucharistie. Le "Je crois en Dieu" arrive après la proclamation des textes de la Parole et l'homélie pour répondre de notre foi à la Parole de Dieu entendue et nous préparer à entrer dans la grande prière de foi eucharistique. Il nous permet de crier notre joie de croire en celui qui est ressuscité d'entre les morts par bienveillance du Père et dans la force de l'Esprit.

Le "Symbole de la foi", appelé ainsi pour marquer notre unité dans la foi, offre deux formules. Il serait peut-être intéressant d'utiliser la plus développée aux grandes fêtes de l'année ou encore lorsque les textes de la Parole de Dieu portent davantage sur la foi. Le texte s'exprime toujours à la première personne du singulier, car il manifeste l'adhésion personnelle à ce qui est énoncé. Une troisième formule est disponible; elle est utilisée lors de la vigile pascale; elle appelle la participation de l'assemblée aux trois questions posées par le président et peut être utilisée durant toute l'année.[...]

(Louis-André Naud, prêtre: Revue Pastorale-Québec, 12 novembre 2001, p. 23).

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 27/09/2013 19:07:34    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> La liturgie. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com