Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES LUTTES CONTRE LES HÉRÉSIES.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Pères de l'Église.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 31/10/2013 19:16:02    Sujet du message: LES LUTTES CONTRE LES HÉRÉSIES. Répondre en citant

Il est parfois difficile d'imaginer à quel point les Pères ont été des bâtisseurs. Or, ils ont eu presque tout à construire. Inspirés par le souffle de l'Esprit, les Pères ont dû débattre, prendre des décisions, exercer leur capacité de discernement, trier, retenir, exclure. Les Écrits du Nouveau Testament dont ils avaient hérité n'étaient au début qu'une somme de récits fragmentaires. D'autres écrits se mirent à circuler, qui tous revendiquaient l'authenticité. Quel crédit leur accorder? Sur quels critères? Par ailleurs, se confrontaient des prises de position différentes sur la nature du Christ, sur la place à donner aux Écritures juives, sur la définition du chrétien, sur l'organisation des communautés. Lesquelles retenir? L'une des premières tâches des Pères fut de définir les critères de sélection des écrits et des thèses. C'est ainsi qu'est née la notion de Tradition. Par déduction, les affirmations qui ne pouvaient s'appuyer sur la Tradition devinrent hérétiques. En effet, l'hérésie suppose un dérapage dans le contenu de la Tradition. Au lieu de transmettre ce qu'ils ont reçu, les hérétiques se posent en novateurs.

Souvent, ils le font pour asseoir un pouvoir, à l'intérieur même d'une Église, à l'initiative d'un prêtre ou d'un évêque. L'autorité dont se pare l'hérésie garantit souvent son audience. Ainsi Arius se fait-il entendre très vite par ses concitoyens, et jusque chez les Germains, par l'intermédiaire de l'évêque qui les évangélisait. L'empire fit parfois bon accueil aux hérésies, parfois davantage pour des motifs politiques que doctrinaux. Ainsi, plusieurs empereurs du 4e siècle adoptèrent l'arianisme comme leur religion. On mesure le courage et la responsabilité qu'eurent les Pères à combattre des doctrines dont ils avaient d'abord dû eux-mêmes déterminer la rectitude.

Mais l'hérésie résulte aussi et surtout d'un dérapage dans le contenu du message chrétien. Les causes en sont variées. Parfois, les hérétiques pratiquent un syncrétisme entre des mythologies et le christianisme. Ainsi, les courants gnostiques chrétiens intègrent leur vision du monde séparé en forces du bien et du mal. Parfois ils rejettent la figure de Dieu que l'on trouve dans l'Ancien Testament. Tel est le cas de Marcion qui, au 2e siècle, alla jusqu'à fonder sa propre Église.

L'hérésie vient rompre l'unité de la communauté. Elle pose donc un double problème théorique ( celui des "faux docteurs" qu'évoquent les Épîtres pastorales du Nouveau Testament) et pratique, quant à la cohésion des communautés. Ignace d'Antioche, par exemple, les dénonce dans ses lettres aux Éphésiens (6, 2) et aux Talliens (6, 1).

Le véritable inventeur de la notion d'hérésie, c'est Justin. Il y définit l'hérésie comme motif d'exclusion. L'accusation d'hérésie prive "l'hérétique" de son statut de chrétien. Il lui faudra, ensuite, être réhabilité par la communauté, voire rebaptisé, comme le préconisa plus tard Cyprien. Ce n'est pas un hasard si la notion d'hérésie apparaît au milieu du 2e siècle, au moment où les structures ecclésiales s'affermissent et où la notion d'orthodoxie se met en place. Un siècle plus tard, dans son Traité:" De la prescription contre les hérétiques", Tertullien indiquera la manière dont on devient hérétique. Au 4e siècle, apparaissent des catalogues d'hérésies: "le Panarion" (boîte à remèdes) d'Épiphanie, "le traité des hérétiques " d'Augustin... Peu à peu, l'orthodoxie se définit face à l'hérésie et les frontières de l'Église se dessinent de plus en plus clairement.

Mais, comme l'a souligné Jean Daniélou, les hérésies ont souvent été un facteur de progrès doctrinal pour le christianisme. Elles ont même permis à la théologie de s'élaborer. En lisant l'Évangile, en effet, il était clair que le Christ est Fils de Dieu, mais c'est en répondant à Arius, qui réduisait le Christ à sa composante humaine, que la réflexion sur la divinité et sur son égalité avec le Père a progressé. Il en va de même pour l'affirmation de la divinité de l'Esprit-Saint... En répondant aux hérésies différentes, les Pères ont fait figure de pionniers dans le domaine dogmatique et ils sont les maillons de la Tradition vivante.

(Revue Fêtes et Saisons, janvier 1998, p. 8-9).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 31/10/2013 19:16:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Pères de l'Église. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com