Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

ASSOURDISSANT SILENCE.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> Le silence
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 16/12/2013 20:16:09    Sujet du message: ASSOURDISSANT SILENCE. Répondre en citant

Le bruit, la musique, les conversations nous distraient de nous-mêmes et nous évitent de nous confronter à un silence qui, souvent, fait peur. Or, il n'y a pas de vie spirituelle authentique sans une "plongée" volontaire dans le silence...

[...] Nous ne sommes plus habitués à ce silence. Lorsqu'il surgit, il nous embarrasse. Pourtant en d'autres circonstances, nous aimerions bien retrouver un tel apaisement. L'accumulation des préoccupations, la succession des événements font vrombir mille choses dans notre tête. Nous voudrions nous poser, tranquillement, calmement. Mais tout continue à bourdonner en nous. Reconnaissons que rien dans nos habitudes ne favorise la quiétude silencieuse. Ces conversations de table qu'il faut à tout prix alimenter de questions dont la réponse importe peu. Ces covoiturages en voiture où la peur de ne pouvoir alimenter un entretien nous fait instinctivement brancher la radio. Ces promenades où la marche côte à côte sans paroles est vécue comme impolie. Il faut causer, couvrir ce silence qui nous gêne tant qu'on le juge impoli, inamical, agressif. Le silence dérange. On dirait qu'il jette un projecteur de lumière vive sur les hommes ou sur les événements et que nous en sommes indisposés. Tout semble ressortir avec plus de force, plus de trait et nous redoutons d'en être touchés. Alors nous préférons couvrir le silence qui pourrait surgir. Nous "bottons en touche", nous contentant de ce que nous avons l'habitude de vouloir entendre du monde et des autres. Ainsi notre regard ne risquera-t-il pas d'être perturbé par l'inattendu d'une confidence plus intime, d'une conversation plus confidentielle. Et puis il y a aussi cette peur d'être trop dévoilé pour avoir voulu le combler à tout prix...

Pourtant, paradoxalement, il nous arrive de courir après ces instants de silence, de nous émerveiller d'avoir entendu autrement ceux qui nous entourent. Le bruit des transports, ces conversations incessantes reliées en tout lieux par nos portables, ces fonds sonores qui sont nos compagnons de courses ou de shopping nous saturent. Nous aspirons à entendre autre chose. Nous aspirons d'abord à nous entendre, à entendre ce qui se passe en nous. Nous recherchons ces espaces et ces moments propices à redécouvrir notre intériorité. Nous voulons déposer tout ce fatras et retrouver, ne serait-ce que quelques instants, ces paroles secrètes qui nous habitent, cette fontaine vive qui coule alors même que nous croyons être asséchés par tant d'éclats sonores et de tintamarre abasourdissant. Il reste en nous la fraîcheur de ces promenades en forêt où le vent a soudain fait frémir les branchages, où le bruit du pic-vert s'est fait caractéristique. Il reste ces mots d'affection susurrés par amour, ces phrases écrites à même le coeur que d'autres ont gravés pour nous. Il reste la mélodie de ces chants qui nous submergent lorsque la joie n'a plus de paroles pour éclater. Tout cela est en nous et attend sous le bourdonnement de nos jours. Dans le silence nous nous retrouvons enfin... sans avoir besoin du désert ou des murs du monastère.

Bien sûr, nos activités, les conflits que nous rencontrons, les sollicitations qui nous assaillent rendent difficile cette descente intérieure. Cet environnement général est peu favorable. Mais le plus souvent nous nous cachons derrière lui pour justifier ce qui n'est en fait qu'une appréhension intérieure. Si nous ne nous donnons pas les moyens du silence, il se peut que ce soit aussi parce que nous avons peur de rencontrer d'autres pensées. Nous nous justifions de ne pouvoir faire taire tout ce bruit parce que nous craignons d'entendre en nous ces voix intérieures qui nous dénigrent ou nous dévalorisent, ces doutes qui assaillent notre conscience alors que nous voudrions agir sans sourciller. Alors nous préférons que nos pensées continuent de s'enchaîner sans y prêter attention. Pourquoi les fuir? Le moyen le plus efficace, pour leur donner leur juste valeur, est de les regarder en face. La présence à son corps, à sa respiration favorise ce travail et permet de laisser passer nos préoccupations comme il nous arrive de contempler le défilé des nuages dans le ciel. Alors le silence peut accompagner ce cortège et d'autres voix se faire entendre.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 16/12/2013 20:16:09    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Beaux textes et Poésie -> Le silence Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com