Beaux textes de réflexions Index du Forum Beaux textes de réflexions
Le chemin de croix.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES DÉMÊLÉS D'ORIGÈNE AVEC L'ÉGLISE.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Pères de l'Église.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Byblos2
Administrateur
Administrateur


Inscrit le: 12 Avr 2006
Messages: 7 770
Localisation: Québec (Canada)

MessagePosté le: 11/03/2014 18:55:33    Sujet du message: LES DÉMÊLÉS D'ORIGÈNE AVEC L'ÉGLISE. Répondre en citant

De l'avis de plusieurs, son "Traité des Principes" serait son oeuvre majeure. Origène tente d'y harmoniser mysticisme et christianisme.

Dieu nous aime infiniment, songe-t-il, et nous veut complètement libres. Nous étions donc égaux au départ. Comme tout est à l'origine en Lui, chaque âme décide du niveau de son existence. Des âmes ont voulu s'incarner dans la densité matérielle. Il leur faut entreprendre un cheminement purificateur qui puisse les ramener au Père.

RÉINCARNATION?

Mais justement, cela pourrait prendre plus d'une vie. Origène conclut donc personnellement à la réincarnation. Symétriquement, une âme qui se conduirait mal serait dissoute et retournerait dans le sein de Dieu pour recommencer un nouveau cheminement de son choix.

Et l'enfer? Dieu est infiniment bon. L'enfer, pour les créatures qui le veulent, n'est donc pas éternel, mais le point de départ d'une reprise plus ardue. Ainsi, même le démon pourrait devenir vertueux, bien que, concède Origène, ce n'est pas son inclination naturelle.

Mais puisque les âmes sont éternellement libres, elles peuvent éternellement monter ou descendre dans l'échelle de la vertu, du démon à l'Archange. D'où la nécessité, pour Origène, d'une infinité de mondes. Non au sens d'Épicure, qui affirmait qu'il y en avait une infinité en même temps, mais en ce que le monde, le seul, soit recréé selon des cycles récurrents, afin qu'un être dont la dernière incarnation soit résolument ratée puisse se reprendre autant de fois qu'il le veut. On voit par là qu'Origène évite le piège des gnostiques purs et durs. Non, la matière n'est pas la source du mal moral, et il n'y a pas de relation intrinsèque entre le mal moral et la matière. Le bien et le mal dépendent de notre libre arbitre. Dieu respecte absolument notre liberté. Il attend que nous Lui demandions de l'aide.

L'ÉGLISE CONDAMNE ORIGÈNE:

On comprend qu'Origène subit les foudres de l'Église. Plus encore, le tonnerre ecclésial continua d'éclater contre lui trois siècles plus tard. Il fut en effet maudit au Concile de Constantinople, en 543. À sa décharge, Origène rappelle que ce ne sont que des recherches théoriques de sa part:" Au reste, dit-il, on ne doit point regarder ce que j'ai dit comme des dogmes et des vérités que je veux enseigner et soutenir; ce ne sont que des recherches et des questions que j'expose et auxquelles je ne m'arrête qu'en passant". C'est avec la même humilité qu'il émet l'hypothèse que le Père est supérieur au Fils, et l'Esprit plus bas que le Fils.

Il est important de rappeler que l'Église des premiers siècles a quelque chose de la nouvelle cité du Far-West, où les lois sont relativement connues et où la vie intense prime sur les raffinements légaux. La dynamique d'Origène porte d'abord sur l'intimité avec Dieu. Ces recherches, qui n'étaient pas autre chose, constituent des enquêtes sérieuses, brillantes, profondes... mais également intensément personnelles. Cet homme brillant, sûrement l'un des plus doués de son siècle, trouvait trop fades les arrêtés ecclésiaux qu'on lui imposait.

Car Origène n'a rien d'un révolté. Au contraire, ses écrits et les événements de sa vie nous montrent un homme aussi généreux qu'intelligent, mais également humble et modeste. Origène ne cherche pas à être bien vu, à se bâtir une réputation avec plan de carrière à la clé. Il cherche la vérité. Passionnément. Au risque de sa réputation. Un homme qui cherche la gloire et le renom ne se castre pas par amour de Dieu! C'est aussi l'homme studieux et discret qui passe des heures à fouiller la Bible de fond en comble avec ses "Hexaples".

Pour lui, la vérité est toute intérieure; elle n'est pas de nature administrative. Un administrateur à l'état pur comme Démétrius ne pouvait faire bon ménage avec un esprit aussi personnel, aussi authentique, et partant aussi ineffable.

Origène est le premier à avoir analysé et commenté au complet l'Évangile de Jean.[...] Cet homme solide et droit, qui sera torturé pendant des jours avant de mourir, enracinait avant tout sa pensée dans la Bible. Un homme immense, Origène, qui a illuminé son siècle par son intelligence profonde et parfaitement méthodique. Un saint homme, surtout, dont toutes les ressources intellectuelles étaient harnachées vers une toujours plus profonde connaissance filiale de Dieu.

(Michel Frankland: Revue Le Nouvel Informateur Catholique (NIC), juin 2010, p. 22).
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: 11/03/2014 18:55:33    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Beaux textes de réflexions Index du Forum -> Forum de discussion -> Pères de l'Église. Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com